Les pièges du leasing auto

27
Vues
leasing pieges

Si le leasing automobile est de plus en plus convoité par les professionnels et les particuliers en France, il y a tout de même quelques pièges à éviter pour économiser jusqu’à plusieurs milliers d’euros à la fin du contrat. Lumières sur les contrats de leasing auto.

Le type de contrat : un piège classique

Le terme de « leasing » ne désigne aucun contrat spécifique, c’est un terme anglophone pour désigner le « crédit-bail » donc oui le leasing c’est bien un crédit à la consommation associé à une location de voiture. Il ne faut donc pas se méprendre si le contrat précise un taux d’intérêt et des intérêts à régler car le contrat comprend forcément un financement qui est représenté par le crédit auto.

Ensuite, deux contrats se partagent le marché comme nous l’explique le site Auto-Presse.fr : la location avec option d’achat (LOA) et la location longue durée (LLD). La seule différence réside dans la clause d’achat que propose la LOA. Ensuite, toutes les options peuvent être envisagées, c’est à dire d’inclure les entretiens ou non, d’inclure l’assurance auto ou non, etc…

Le kilométrage : le piège le plus évident

Si la location est intéressante de prime abord, c’est que le kilométrage annuel proposé est souvent très bas, en moyenne 5000 kms annuel… oui oui, 5000 kms à réaliser par an et forcément, plus vous augmenterez ce plafond, plus le coût sera important. C’est donc un piège évident pour attirer les automobilistes avec des offres très intéressantes pour des véhicules hauts de gamme mais lorsque l’on augmente le plafond, que l’on ajouter certaines options, la facture monte et le coût du crédit aussi. Il faut donc être vigilant et ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre.

La remise en état : ce qui coûte le plus cher

Le point le plus sensible et surtout le plus coûteux, c’est la remise en état du véhicule car sur des modèles hauts de gamme et dans certaines concessions, la moindre griffe se paye cher. C’est ce que l’on appelle la remise en état, lorsque le contrat arrive à son terme et qu’il faut rendre le véhicule, un check-up est réalisé afin de vérifier l’état du véhicule, des frais de remise en état peuvent être exigés par la concession. Les concessions ne prennent pas de pincettes car une simple tâche sur un siège difficile à retirer peut entrainer le remplacement complet de la housse, et plutôt qu’un nettoyage à quelques dizaines d’euros, on grimpe à une pièce neuve de plusieurs centaines, tout cela cumulé peut coûter cher.

Article précédentInvestir dans une SCPI avec un capital de 1.000 euros seulement
Article suivantLes filles, voici un blog où l’on parle de tout !
Spécialiste du web depuis plus de 10 ans, j'ai su évoluer au gré des technologies en parcourant plusieurs domaines comme la finance, l'immobilier et l'économie. Mon parcours et mes retours d'expériences vous apporteront, je l'espère, de véritables conseils et des informations pratiques. Au plaisir de vous voir sur un prochain article ;-)
Partager