Séparation : Le divorce à l’amiable en quelques mots

213
Vues

Les séparations sont, par moment, inévitables dans un couple. Le poids que nous ressentons à rester, à vivre avec une personne avec laquelle nous n'avons plus d'affinités ou qui nous a fait du mal est insupportable. Certains pourront vous faire culpabiliser en vous rendant responsable de la situation difficile que vous allez faire subir à vos enfants, de ne pas avoir fait plus d'efforts. Inutile de vous remettre en question ou de vous en vouloir, la séparation est bien souvent préférable à des querelles perpétuelles que les plus jeunes subissent en longueur de journée. 

Divorcer par consentement mutuel

C'est le choix le plus judicieux et le plus choisi des Français en crise qui ont pris la décision de mettre un terme à leur union. Ce divorce à l'amiable est plus rapide, facile et, par conséquent, engendre un coût moins important qu'un divorce contentieux. Le tout, dans ce cas, étant de faire preuve d'une grande maturité, d'une compréhension, d'un dialogue certain, ce qui n'est pas toujours évident à établir, d'autant que, rares sont les relations qui se finissent paisiblement pour les deux parties. Il y a souvent celui qui prend la décision de partir, et celui qui en subit les conséquences. Ce qui aurait tendance à faire naître une certaine rancœur de la personne qui se fait quitte contre celle qui part. 

Mais outre les soucis dans votre couple, vous devez penser à vous protéger au mieux tout en respectant l'autre, ce qui vient à établir un partage cohérent et égal, du moins, au maximum, principalement concernant les enfants. 

Les décisions à prendre

Vous devez, dans un premier temps, vous mettre d'accord au sujet de l'ensemble de vos biens (immobilier, mobilier, liquidité, …), dettes incluses (prêt en tout genre, impôts, ..). Toutes les informations devront être spécifiées dans la convention que vous allez établir. Vous devrez donc y faire apparaître les modalités de règlements, le partage des comptes, la personne qui conserve le logement familial. En dehors de cet aspect matériel, vous aurez aussi le devoir de renseigner la convention sur le mode de garde que vous souhaitez adopter pour les enfants, s'il s'agit d'une garde alternée ou d'une résidence chez l'un des parents. Dans ce cas, devront être stipulés, les droits de visite et d'hébergement, le montant de la pension alimentaire, les renseignements concernant l'éducation des enfants. A titre plus personnel, vous devrez préciser, si elle a lieu, les modalités de la prestation compensatoire ainsi que la conservation du nom de famille marital de l'épouse. 

Rédactrice professionnelle depuis 7 ans, je dispose d'un vivier important d'informations et d'astuces de la part de professionnels, d'entreprises et de particuliers. Je peux à ce jour parler de nombreux sujets pour proposer à mes lecteurs des articles diversifiés et de qualité.
Partager